Facq, un nouveau venu à la résidence Robinson – Fougères (Ouest France)

lundi 14 mai 2012


 

Les résidants de la résidence Robinson, foyer pour adultes sourds avec handicaps associés, viennent de faire connaissance avec Facq, un chien qui les accompagnera au quotidien.

 

L’histoire

Il est arrivé il y a seulement quelques jours, mais semble déjà avoir pris ses marques. Une léchouille par là, une caresse par ci, une promenade et une sieste plus loin. Facq n’est pas un chien comme les autres. Il inspire la confiance. À l’air gentil, doux. C’est d’ailleurs là sa mission : ce golden retriever a été formé pendant dix-huit mois par une famille d’accueil bénévole de l’association française Handi’chiens, dans l’Est. C’est lors de cet apprentissage indispensable qu’il a appris à vivre en collectivité, auprès d’adultes handicapés.

La résidence Robinson, établissement géré par l’association fougeraise du Parc, existe depuis dix ans. Elle accueille une trentaine de personnes atteintes de surdité et de différents handicaps. Une équipe de trente personnes y travaille, jour et nuit : des infirmières, des aide-soignantes, des moniteurs éducateurs… Outre les activités programmées à l’extérieur, telles la piscine ou l’équitation par exemple, les résidants y vivent en permanence, en collectivité. Ils sont originaires de tout le Grand Ouest.

« C’est l’association Fleur de blé noir qui nous un jour parlé de Handi’chiens, indique Annick Barrier, aide médico-psychologique. On s’est dit que cela pouvait être une bonne idée pour accompagner et apporter de la tendresse aux résidants. Le chien permet aussi d’apaiser les tensions et de responsabiliser en impliquant les résidants lors du toilettage ou de la promenade, par exemple ».

Une cinquantaine de commandes

Facq vit chez Annick Barrier depuis deux semaines. Il viendra à la résidence les jours où elle travaille, et rentrera se reposer, le soir. Avant que le chien ne lui soit remis, la professionnelle a dû se former pour « apprendre à le connaître et à le maîtriser. « Assis », « debout », « aboie », « lâche » Aujourd’hui, Facq sait répondre à une cinquantaine de commandes, même si celles-ci sont données en langue des signes », détaille-t-elle. Depuis son arrivée, les résidants sont aux anges. C’est qu’ils l’attendaient, leur chien. Photos, compte à rebours… La venue de Facq a bien été préparée en amont, surtout auprès des adultes qui appréhendent le contact avec la gent canine. « Leurs craintes ont rapidement été dissipées, l’ambiance est beaucoup plus apaisée depuis », se réjouit Annick Barrier.

Claire ROBIN.

 

 

 


Laisser un commentaire